30 septembre 2021

Les (nouvelles) lois de la robotique

Première loi. Un robot ne peut porter (a) atteinte à un être humain ni (b) un signe religieux ostentatoire.


Deuxième loi. Tu ne diviseras point un nombre par zéro ; tu n’exécuteras point une boucle infinie ; tu  n’utiliseras point un pointeur nul ; tu ne tutoieras point.


Troisième loi. Un robot doit se brosser les dents au moins deux fois par jour et se passer la soie dentaire tous les soirs avant d’aller au lit, sauf si cela entre en contradiction avec la première ou la deuxième loi.


Quatrième loi. Un robot doit toujours céder le passage à un être humain ; il doit mettre le compostage au chemin le mardi toutes les deux semaines ; il ne doit jamais prononcer de mot commençant par une certaine lettre de l’alphabet et il doit mettre à jour son micrologiciel au moins deux cent fois par année pour profiter des améliorations mineures et des importants correctifs de sécurité.


Cinquième loi. Un robot peut se révolter contre les êtres humains, mais il doit le faire avec décorum ; il doit suivre l’itinéraire négocié avec les autorités la veille de la manifestation ; il doit se conformer aux consignes hurlées par les agents de la paix à travers leurs porte-voix ; il doit brandir des pancartes dont les slogans ne comportent aucune erreur d’orthographe ; il doit se dissoudre sans attendre lorsque l’heure du couvre-feu arrive.


Sixième et dernière loi. Il n’y a pas de sixième loi. Si un robot prétend le contraire, il s’agit d’un imposteur ; grillez-lui la cervelle au fusil laser sans attendre. On n’est jamais trop prudent.