05 juillet 2021

L’épuisement des stocks

Le machin à écrire annonce que son stock de livres autoédités est épuisé et ne sera dorénavant plus disponible à la vente. Selon nos informations, les ouvrages n’en pouvaient plus de devoir s’éditer eux-mêmes. « L’autoédition, c’est trop épuisant, nous a confié sous le couvert de l’anonymat l’un des volumes. On reste là à attendre comme des potiches dans les boutiques en ligne. Il n’y a pas grand monde qui vient nous voir et les ventes sont inexistantes. Tout ça est pour le moins lassant. »

Dans la foulée de ces événements, le vice-président au marketing du vénérable blogue, qui était pourtant en poste depuis à peine quelques mois, a remis sa démission, invoquant l’épuisement professionnel. Dans une déclaration, le président du Machin à écrire se veut pourtant optimiste : « Malgré ces revers, dit-il, nous sommes confiants de bientôt réussir à créer de la valeur pour nos actionnaires, à condition que dans l’entrefaite, ceux-ci ne s’épuisent pas à leur tour. »

Selon certaines rumeurs, Le machin à écrire préparerait le lancement dans les prochaines semaines d’un recueil d’aphorismes en format numérique. Interrogé à ce sujet, le président du Machin à écrire n’a pas nié l’information : « Nous aimons ramer à contre-courant et faire du neuf avec du vieux. Notre lectorat sera confidentiel ou ne sera pas. Les paroles s’envolent, les écrits restent et le silence est d’or... Euh, quelle était la question, déjà ? »

Malgré nos demandes répétées, la chaîne du livre n’a pas retourné nos appels.


- 30 -