07 mai 2016

Et j'ai couru

[Un texte bref, simple et plutôt premier degré, mais pour lequel je garde une affection particulière. C’était une époque où entre le travail, la musique et la vie personnelle, j’avais l’impression de toujours courir après mon temps. Changez musique pour écriture : j’ai le même sentiment aujourd’hui, vingt ans plus tard. C’est le propre de la vie moderne, je suppose. Bref, le thème est universel et la chanson suit cette forme classique d’un narrateur qui revient sur le fil de son existence.]



Et j’ai couru

On m’a dit: « Sois grand
Y a pas d’avenir pour les p’tits »
On m’a dit: « Sois géant
T’es d’la gaine de génie »
Et j’ai couru…

On m’a dit: « Perds pas ton temps
Sois pas indécis »
On m’a dit: « Va droit devant
L’avenir n’est déjà plus ici »
Et j’ai couru...

        Oui, j’ai couru
        Des mannes dans les yeux
        Les poumons en feu
        Les jambes coupées en deux
        Des couettes dans les cheveux
        Comme un fou furieux

        Et j’ai perdu
        Perdu le fil
        Perdu le fil d’arrivée
        De vue
        Et j’ai perdu
        Perdu la raison
        Perdu la raison de l’urgence
        De vue

Z’ont pris un air savant
Ont programmé ma vie
Pendant près d’quinze ans
D’examens en suivis
Et j’ai couru...

Ils m’ont dit: « Fainéant
Ferme ta gueule, pis produis
Y a une file qui attend
Nous on attend les profits »
Et j’ai couru...

        Oui, j’ai couru
        Des mannes dans les yeux
        Les poumons en feu
        Les jambes coupées en deux
        Des couettes dans les cheveux
        Comme un fou furieux

        Et j’ai perdu
        Perdu le fil
        Perdu le fil d’arrivée
        De vue
        Et j’ai perdu
        Perdu la raison
        Perdu la raison de l’urgence
        De vue

J’ai quelques cheveux blancs
Pis j’ai plus d’amis
J’ai le vague sentiment
D’avoir raté ma vie
Mais j’ai couru...

Vous direz à mes enfants
Si j’les ai pas connus
C’était pas méchant
Mais j’avais le feu au cul
Et j’ai couru...





Paroles: N. Guay
Musique: S. Caron, N. Guay, P. Marazzani, S. Paré, S. Rompré
© 1997, les tchigaboux