16 mai 2018

Passé simple (62) — Gros mots




C’est connu, les jurons québécois sont très souvent dérivés du lexique religieux (catholique). Parmi les plus répandus on trouve : baptême, câlice, calvaire, christ, ciboire, hostie, sacrament et tabarnac. Les enfants ont leur vocabulaire. Lorsqu’il est question de jurons, ils connaissent les interdits : leurs parents leur ont bien dit qu’il ne faut pas sacrer. Alors, les petits malins s’inventent des versions édulcorées des sacres. Il s’agit de tordre une syllabe pour mettre un gros mot à la diète. Ainsi sont-ils persuadés de leurrer les adultes lorsqu’ils lancent : bateau, câline, câlique, caltore, crime, cibole, hostic, sacrifice, tabarnane, tabarouette, taboire et le classique christie, qui est à la fois la fusion de christ et hostie, mais aussi une marque de biscuits bien connue à l’époque. Mais les enfants font généralement mieux d’utiliser certains de ces euphémismes entre eux parce que s’ils s’échappent devant leurs parents, ça peut leur valoir une claque en arrière de la tête.