31 juillet 2017

La maudite machine

        — Hènnegé, vous avez gagné le Grand prix de la caricature grâce à ce dessin génial montrant des gens zombifiés qui fixent l’écran de leur téléphone ou de leur tablette dans le métro. Vous avez une dent contre les appareils mobiles?
        — Tellement. C’est à mon avis le mal du siècle : le trou noir du numérique qui aspire le monde, tout ce temps perdu devant des écrans, l’absence de communication, tout ça.
        — Bien sûr. À votre avis, le jury de ce prix récompense-t-il davantage le propos de la caricature ou la qualité du dessin?
        — J’aime à croire que c’est pas mal moitié-moitié. L’aspect graphique est essentiel pour moi.
        — À ce propos, vous travaillez à la plume ou au pinceau?
        — Ni l’un ni l’autre. Je dessine directement sur une tablette, à l’aide d’un stylet. Et je retravaille le dessin sur l’ordinateur.
        — Ah, euh, oui, évidemment. Hènnegé, merci d’avoir participé à notre émission.
        — Merci à vous. Et j’invite les auditeurs à laïker ma page Facebook et à me suivre sur Instagram!