7 janvier 2017

Passé simple — Robinson Crusoé




C’est une vieille édition de Robinson Crusoé de 1913, à la Librairie Hachette, dans la collection Bibliothèque rose illustrée. Couverture toilée brun-orangé et tranche dorée. Sur la page de titre, on peut lire : « Daniel de Foë. La vie et les aventures de Robinson Crusoé. Édition traduite de l’anglais et abrégée à l’usage des enfants. Ouvrage contenant 40 gravures ». Le texte est peut-être abrégé, mais le petit volume fait tout de même 380 pages. Chacun des trente-cinq chapitres est numéroté en chiffres romains et coiffé d’un titre : « Robinson devient bon charpentier et habile cultivateur »; « Agitation de l’esprit. Projets homicides »; « Robinson conçoit l’espérance de sortir de son île »; etc. Sur la page de garde, une inscription manuscrite : « [L.] René, Souvenir de mon oncle Amédée [L.] (qui est mort). » Ce livre, autrement assez ordinaire quoique ancien, est un des rares souvenirs de mon grand-père maternel, mort bien avant ma naissance et que je n’ai jamais connu.