4 août 2015

Journal d'exil, mardi 4 août 2015

Le cynisme, voilà le mal qui ronge notre Peuple et assassine notre Nation. C'est le sentiment qui m'assaille alors que je lis les nouvelles de par chez nous sur les réseaux sociaux. Bien sûr, on pourrait croire que mes réflexions sur ce moment historique qui secoue ma Patrie — cette infamante campagne électorale fédérale qui en est à sa troisième journée — n'ont que peu de valeur puisque me voilà réfugié en Nouvelle-Angleterre, si loin de l'action! C'est faire bien peu de cas de mon rôle crucial de penseur et de stratège, mes messages codés quotidiens guidant les actions de la Résistance. Hier encore, alors que je m'adonnais à un jogging sur la plage désertée par les plaisanciers en fin d'après-midi — ou était-ce plutôt lorsque ce matin, installé sur la terrasse, je sirotais un petit café tout en lisant quelques chapitres d'un roman? —, il m'est venu l'idée d'un plan qui saura porter ombrage au clan Conservateur. Je formulai alors le message codé approprié qui informera mes compatriotes des actions à entreprendre. C'est donc le coeur rempli d'espoir, et non pas de ce cynisme délétère que je ne cesse de dénoncer, que je diffuse le message du jour : « …Blessent mon coeur d'une langueur monotone ». Soyez courageux, chers Québécois-québécoises!