16 février 2015

Pas mort



« Encore des mots
Toujours des mots
(...) Rien que des mots »
— Dalida



Hier, en lisant le journal, j’ai appris :
  1. que le blogue est mort (oui, encore une fois) et
  2. que les Québécois ne lisent pas (ou lisent peu) en numérique.
Je suis aussi tombé sur ce texte de Thierry Crouzet qui, impitoyable, décrit (c’est la lecture que j’en ai faite) toute l’absurdité d’un blogue littéraire comme le mien.

La semaine dernière, j’ai reçu une autre lettre de refus pour mon manuscrit de roman. Cette fois, l’éditrice s’est donné la peine de m’écrire quelques mots critiques étayant les raisons du refus, ce qui est une première. Je n’avais précédemment reçu que des lettres génériques (j’en ai une belle collection). J’ai trouvé ça gentil et je lui ai répondu pour l’en remercier. Par contre, je n’ai pas osé lui expliquer que mon roman n’est pas vraiment un polar de peur de passer pour un malade mental.

Sinon, ça va, le Machin à écrire n’est pas mort (contrairement au blogue en général) et il continue de turbiner. Dans quelques semaines, votre humble serviteur participera à deux événements reliés à la twittérature, dans un cas comme membre d’un jury pour un concours, dans l’autre comme participant à une table ronde. Je vous en reparle dès que j’ai tous les détails.

Ah oui : et mon petit recueil est toujours en vente par ici.

Vous voyez bien : pas mort.