27 mars 2012

Première mondiale à l’Université du Québec à Saint-Hyacinthe

L’Université du Québec à Saint-Hyacinthe (UQSH) annonce la mise au point d’un ordinateur basé sur la logique floue, une première mondiale. Ninon Sioui et Louis Simenon, deux chercheurs de la Faculté d’Informatique Computationnelle et Relative de l’UQSH, ont présenté à la presse les résultats de leurs travaux, lesquels, annonce-t-on, seront particulièrement utiles dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Contrairement à l’ordinateur traditionnel, qui fonctionne selon le principe du système binaire, l’ordinateur à logique floue est basé sur une unité d’information pouvant prendre trois états différents. Un premier état, noté 1, signifie « cela pourrait être vrai, mais pour en être certain, il faudra mettre sur pied une table de concertation nationale visant à établir un consensus de tous les intervenants et leur beau-frère ». Un deuxième état, noté 0, signifie « nous sommes persuadés que cela soit faux, mais pour nous en assurer, nous demanderons à une commission d’enquête d’en décider, puis, suite à des audiences interminables, de publier un rapport que nous tabletterons illico ». Enfin, le troisième état, noté ½, signifie « cela pourrait être vrai ou faux, nous n’en sommes pas sûr et nous commanderons donc un avis d’experts, puis un sondage et, toujours incertains, tirerons finalement à pile ou face ».

Dans le cadre de ses travaux, l’équipe de l’UQSH a dû faire table rase de plusieurs concepts fondateurs de l’informatique moderne, et particulièrement de l’algèbre de Boole. Ainsi, en remplacement des fonctions ET, OU et NON, la logique floue utilise des opérateurs MAIS, QUOIQUE et BOF.

« Nous anticipons que ce type d’ordinateur permettra l’émergence de toute une nouvelle famille d’applications d’aide à la décision dans le secteur gouvernemental », a indiqué Mme Sioui. Le doyen de la Faculté d’Informatique Computationnelle et Relative, Yvan Viens a quant à lui déclaré : « Voilà une avancée significative. Car, à mon avis, l’homme moderne a besoin de l’intelligence artificielle pour compenser sa connerie naturelle. »

Soulignons qu’un autre avantage de cet ordinateur est sa faible consommation d’énergie, puisqu'il ne fonctionne pas à l’électricité, mais bien au fumier de bovin (en anglais : bullshit), une ressource abondante dans la région de Saint-Hyacinthe, reconnue comme étant la capitale agroalimentaire québécoise.