17 octobre 2010

Aux grands maux les grandes causes

La canonisation du Frère André qui a lieu aujourd’hui ramène dans l’actualité et les conversations depuis une semaine le sujet de la religion, tout comme d’autres questions existentielles connexes qui suscitent la réflexion sur la condition humaine et les divers moyens à notre disposition pour l’améliorer. Notre époque, dit-on, a fait table rase de la religion et on la qualifie volontiers de superficielle. Or, à tous les jours et aux quatre coins du Québec, des passionnés se font les instigateurs de groupes défendant diverses causes, démontrant par le fait même que, bien loin d’être détachés des choses essentielles, nos contemporains font preuve d’une grande sensibilité et embrassent volontiers les causes les plus nobles et urgentes, dans un souci de progrès social. D’ailleurs, l’Internet aidant, il est de plus en plus facile de sensibiliser et de mobiliser ses concitoyens autour d’un sujet d’intérêt public. On crée un blogue, on s’inscrit à Facebook et Twitter, on lance des chaînes de courriels, on publie des clips promotionnels sur YouTube : les moyens de manquent pas pour promouvoir sa cause. Le plus difficile sera généralement de trouver une couleur encore disponible pour le petit ruban qui symbolisera le sujet qui vous préoccupe.

Ainsi, voici trois exemples de causes qui nous semblent fondamentales et pour lesquelles, Dieu merci, des hommes et des femmes de bonne volonté luttent de toutes leurs forces.

1. L’esthétique et la société virtuelle

Parce qu’ils n’en pouvaient tout simplement plus, des graphistes et des artistes décident de passer à l’action et lancent dans l’Internet une campagne visant à l’abolition de la police de caractères Comic Sans MS, laquelle ils jugent inesthétique. Cette police de caractère, qui ressemble vaguement à une écriture manuscrite, est offerte depuis des années avec le système d’exploitation Windows; monsieur et madame tout le monde en feraient ainsi un usage trop fréquent et abusif, ce qui enlaidirait notre environnement. La cause de l’abolition de la police Comic Sans MS enflamme bientôt le cœur d’une horde d’internautes, lesquels se mobilisent. Ces activistes de la typographie se structurent bientôt par le biais de sites web, de groupes Facebook et de pétitions en ligne. Les générations futures d’internautes analphabètes peuvent les remercier : leur Internet sera exempt de toute typographie inesthétique; ils pourront clavarder en direct à propos de la robe de l’animatrice de la plus récente émission culinaire en toute quiétude.

2. Le sport comme moteur du dépassement de soi et, éventuellement, de la réalisation d’un peuple

Il y a deux semaines, soixante mille personnes descendaient dans les rues de la belle ville de Québec pour réclamer le retour dans leur cité d’une franchise commerciale de la National Hockey League. L’initiative fut baptisée La marche bleue, en souvenir du logo (protégé par une marque de commerce enregistrée) de l’ancienne équipe professionnelle de hockey de la capitale québécoise, les Nordiques de Québec. Cette équipe, rappelons-le, avait été vendue par ses propriétaires en 1995 pour 75 millions de dollars à un groupe américain, qui déménagea la franchise à Denver (Colorado). Les militants, avec à leur tête le charismatique maire de Québec, réclament bientôt la construction dans les plus brefs délais (et aux frais de l’État) d’un aréna qui permettra l’hypothétique retour dans leur ville de cette entreprise privée à but lucratif. Cette cause concerne le sport, qui appelle des concepts fondamentaux comme la santé, le dépassement de soi, le patriotisme et la mise en marché de boissons alcoolisées produites à partir de céréales et de houblon.

3. L’urbanisme et la réappropriation de l’espace urbain par le citoyen

De plus en plus de voix s’élèvent dans le très progressiste quartier (alias arrondissement) du Plateau Mont-Royal pour que l’avenue du même nom, qui le traverse de part en part, soit transformée en voie piétonne. Cette cause fondamentale a vite fait de réunir les forces vives et citoyennes de tout l’arrondissement. Bientôt, on organise des forums de discussion sur le sujet, des pétitions circulent et des partis municipaux en font un axe de leur plateforme politique. Ainsi naît le mouvement dit de la piétonnisation. En guise d’action militante, les partisans du mouvement n’hésitent pas à ignorer les feux de circulation aux nombreux carrefours de l’avenue du Mont-Royal et à se précipiter devant les voitures en jetant des regards dégoutés aux automobilistes effrayés d’avoir évités de peu une collision mortelle (notons que ces automobilistes roulant dans des voitures de luxe sont pour la plupart des résidents du même quartier qui ont eux aussi paraphé la pétition en faveur de la piétonnisation de l’avenue Mont-Royal). La métropole, par la densité de sa population, est le creuset par excellence des causes sociales d’avant-garde. En particulier, le voisinage de concitoyens de toutes classes sociales et la rareté relative des ressources communes rendent-ils le citoyen plus sensible au partage et à la recherche d’un bien-être commun à tous les habitants de la Cité. Bientôt, le citoyen pourra marcher sur le bitume d’une avenue du Mont-Royal purgée de son trafic automobile : ne voilà-t-il pas une cause urgente et juste sur le plan social?


* * *


Vous aussi avez une cause qui vous tient à cœur et qui, selon vous, représente un moyen d’améliorer significativement la société et contribuer au progrès humain? N’hésitez pas à nous en faire part par le biais d’un commentaire!