26 octobre 2009

Euro-viro-sceptiques

Le graphique qui suit compare l’intérêt pour le mot-clé « H1N1 » au Canada et en France depuis le début de l’année. On voit clairement que pendant qu’au Canada on s’intéresse au plus haut point à la fameuse grippe A (H1N1) (puisque tel est son nom pas très sexy), en France, on s’en fout royalement. Selon les échos que je perçois d’ici, il semble que la majorité des Français prend cette grippe soit comme une grosse exagération, soit comme une conspiration (impliquant les méchantes corporations pharmaceutiques, etc.)


Source : Google Trends. La requête suivante en date d’aujourd’hui : http://www.google.com/insights/search/#q=H1N1&geo=CA%2CFR&date=1%2F2009%2012m&cmpt=geo

Bien entendu, il y a aussi des sceptiques en nos contrées. Et tout ce scepticisme me laisse songeur. Je ne doute pas un instant que la prévention en santé publique soit difficile à communiquer à une population. Ça repose en effet sur des concepts trop subtils, comme les probabilités et la de gestion de risque, pour que ça puisse être saisi par monsieur-madame-tout-le-monde. Il faut dire que la folie sécuritaire qui a fait suite aux attentats états-uniens de septembre 2001 a eu le don de faire tiquer quiconque a un esprit critique moindrement acéré. Ça et la guerre en Iraq (entre autres) aura avivé chez le badaud moindrement paranoïaque la propension aux théories de la conspiration. Et voilà que maintenant toutes les instances de santé publique du monde se sont liguées pour nous monter l’arnaque du siècle (de collusion avec les méchantes corporations pharmaceutiques, etc.)… En guise de démonstration, certains sceptiques n’hésitent pas à nous servir l’exemple du bogue de l’an 2000, ce qui a le don de m’énerver. À ceux-là je répondrai : comment peut-on stupidement inclure dans la même théorie de la conspiration le fait que (a) il n’y a eu que peu de problèmes techniques en janvier 2001 et que donc il n’y avait pas de bogue et c’était un faux problème et (b) des centaines de milliers de programmeurs à travers le monde ont « fait semblant » de corriger des bogues pendant la dernière moitié des années 1990? Parce qu’en effet, une fois tout le monde vacciné, on ne pourra plus démontrer que si on n’avait rien fait c’eût été la catastrophe. Mais n’est-ce pas là le résultat d’une mesure de prévention?

Si cette grippe A (H1N1) (je ne m’habituerai jamais à ce nom poche) avait des symptômes dans le genre lésions cutanées sévères, bubons, gangrène des extrémités, confusion, production effrénée de salive, yeux globuleux, tremblements pouvant aller jusqu’aux convulsions, etc. on n’aurait pas besoin de plus de dix cas pour que les centres de vaccination soient pris d’assaut par la population.

Tiens, il me semble qu’il y aurait un amusant scénario de film d’horreur à tirer de cette histoire. Un virus mystérieux transforme les humains en zombies. Suite à quelques cas isolés, par chance, on réussit à mettre au point un vaccin efficace contre ce virus zombifiant. Une campagne de vaccination mondiale est immédiatement mise sur pied. Mais en France, la population n’y croit pas : la majorité des cas sont répertoriés dans des pays d’Afrique sub-saharienne, le taux de mortalité ne semble pas à première vue très élevé. Les Français euro-viro-sceptiques refusent donc le vaccin, y voyant une conspiration menée par les méchantes corporations pharmaceutiques (etc.). S’ensuit un film bien sanglant où les Français de toutes les régions se transforment en zombies sanguinaires!