30 juillet 2009

Point de fuite

La lune de miel est bel et bien terminée. Le BIXI me met régulièrement en retard au boulot ou à mes rendez-vous. Deux causes très simples: (a) pas de vélo à mon point de départ: je sors de chez moi, je me rends au coin de la rue, pas de vélo, je marche plus loin, un vélo mais il est brisé, je continue, etc. finalement, merde, je prends le bus en me disant que j'aurais donc dû me rendre à pied ç'aurait été plus rapide ou (b) pas de bitte disponible ou fonctionnelle à l'arrivée: j'arrive près de ma destination, passe près d'une première station pleine, puis une deuxième, je vais un peu plus loin, ah! des places libres! mais non, des vandales ont cassé les attaches (quelle idée de mettre un pièce de plastique sur un équipement public!), je continue, même chose ailleurs, etc. finalement, merde, je trouve une place à dix minutes de marche de ma destination.
Mais je persiste parce que ça fonctionne bien, disons, une fois sur trois et que c'est quand même jouissif de faire du vélo en ville sans transporter un cadenas de deux tonnes et sans devoir démonter son vélo une fois à destination. Mais il faut vraiment qu'ils corrigent la technologie actuelle qui n'est pas à l'épreuve des vandales (on qualifie un équipement conforme de « base-ball bat proof » dans le jargon des fabricants de ce genre d'équipement en libre-service).