20 septembre 2006

Mini-polar

Au moment où Carl faisait feu, il comprit enfin. Les comptes de la compagnie qui ne balancent pas, ces réunions tardives auxquelles il n’était pas convié, les absences de Claire. Il repensa à ce silence lourd au moment où il surgissait dans le bureau du vice-président Finances, les regards obliques, Carl qui le prend par le coude pour le reconduire hors du bureau.

Ce ne fut pas une explosion comme dans les films. Ce fut un bruit sec, un peu étouffé. Il fixait le regard noir de Carl, derrière l’arme. Tout devenait limpide.

Comment avait-il pu être si naïf? Ce poste de directeur qu’il avait obtenu trop facilement, le salaire hors norme. Les millions égarés. Les papiers que la secrétaire lui tendait et qu’il signait sans lire. Et la mine taciturne de Claire, ses esquives, ce voyage d’affaires soudain aux Îles Caïman. Elle lui avait laissé un message sur son portable: « Ne m’attends pas. Je suis à l’aéroport. Une obligation de dernière minute. Carl t’expliquera. »

Au moment où Carl faisait feu, il comprit enfin. Mais trop tard.